Le chant de l’océan – Erika Boyer

— Je n’arrive pas à me tenir loin de toi, reprend-il, à voix basse.
— Alors ne le fais pas.

Le chant de l'océan - Erika Boyer

 

TITRE : Le chant de l’océan

AUTEUR : Erika Boyer

ÉDITION : Auto-édité

Prix : 3,99€ (eBook) et 14,90€ (broché)

NOTE :  5/5 —

 

[TW & mentionnés, évoqués] : violences domestiques, dépression, relations familiales tendues..

 

RÉSUMÉ :

La relation de Stecy et Lucas souffre de leur passé respectif et si leurs sentiments les poussent irrémédiablement l’un vers l’autre, leurs vieux démons continuent de ronger le lien fragile qui les unit.

Sur le papier, leur couple n’a aucun avenir, mais en réalité, leur amour est une évidence et ils sont prêts à tout pour être ensemble.

Face à cet océan qu’ils chérissent tant, celui-là même qui rythme leur vie, ils feront tout leur possible pour être heureux ensemble. Mais cela sera-t-il suffisant ? Pourront-ils vaincre leurs ennemis en sachant que ces derniers se cachent à l’intérieur d’eux-mêmes ?

Si vous avez aimé Rose et Ethan, vous adorerez Stecy et Lucas dans ce spin-off de ‘Le langage des fleurs’ !

 

 

 

 

MON AVIS :

Mon. Dieu. Comme ça fait du bien de retrouver Erika dans une histoire plus sombre et plus brute. Je m’en doutais un peu, car déjà dans Le Langage des Fleurs, Stecy et Lucas m’intéressaient beaucoup, j’ai préféré Le Chant de l’Océan. Ce livre est beau, magnifique, incroyablement profond. J’adore !

Mais avant de s’attaquer au livre en lui-même, Erika, je voudrais te remercier pour la formidable aventure qui entoure cette lecture. J’espère honorer ta confiance par cette chronique, et j’espère pouvoir te lire encore longtemps. J’en profite pour glisser un petit ‘salut‘ à mes camarades étoiles, et je vous invite à aller lire leurs chroniques parues ou à paraitre.

Le Chant de l’Océan donc, retour à Lacaneau et ses belles plages dans un climat plus frais, froid, triste, désespéramment sombre. La tempête après le calme ~

Je suis perdue. Perdue dans l’océan de mes sentiments. Si seulement je pouvais regagner la plage de ma vie.

Re. Bienvenue. Retrouvons nos charmants couples mais entrons dans l’intimité, en tout bien tout honneur, de Stecy et Lucas. Prologue. Premier chapitre. Déjà les révélations nous sautent au visage. Elles ne sont pas sorties de nulle part, on pourrait presque les deviner du premier livre, elles nous percutent toujours autant. Déjà on compatis. Déjà notre cerveau travail. Comment, où, quand, pourquoi ? Qui ? Ce sont des questions bateau, mais les premières qui viennent. Elles initient une volonté de comprendre, d’aller plus vite que l’histoire. On ne peut se contenter de ce que les mots nous disent, les informations qui sont délivrées au compte goutte, on veut savoir ce qu’ils impliquent, on veut deviner. Parce que lorsque les mots auront été mis sur les évènements, lorsque tout sera explicité, ça les rendra réels, trop pour être supportables.

Et la réalité des mots, le passé de Stecy, qui entache constamment son présent, est bien plus intolérable, atroce, horrible que tout ce qu’on a pu imaginer. Tant de violence, de pleurs, de peur et de souffrance. Insupportable. Révoltant. Tout comme dans Le Langage des Fleurs, Erika aborde le sujet des femmes battues, des relations toxiques et dangereuses, mais de façon plus violente. Nous avons toujours le après, la phase de reconstruction, mais ça n’empêche la violence des actes, des mots et des manipulations qui détruisent, qui restent, plaies ouvertes d’une âme meurtrie. Elles rongent, elles s’accrochent, elles pèsent lourd, et on se noie avec Stecy, on l’accompagne dans cette chute, rechute, quand ses traumatismes l’attirent toujours plus profondément dans le trou de la dépression.

Je ne trouve ma place nulle part et je finis par me demander s’il existe un endroit fait pour moi sur cette terre.

Le développement des personnage et leurs évolutions au fil des pages est assez incroyable. Tout comme dans le premier livre, l’alternance de point de vue permet une mise en relief de chaque sentiment et émotion importante et c’est extrêmement agréable. On ne peut pas sortir totalement de l’histoire sans l’avoir finie tant notre cœur reste en partie coincé entre les pages de ce livre et on s’attache plus que de raison à ces êtres faits d’encre et de papier.

Bien sûr tout n’est pas parfait, mais ça ne fait rien, l’imperfection fait partie de toutes choses et cette histoire aurait probablement été bien fade sans ces petits dramas, ou ces passages qui m’ont parfois dérangée. Ils n’ont pas empêché le coup de cœur, et ils sont plus le résultat d’une perception personnelle que d’un réel problème lié au livre.

J’ai l’impression d’apercevoir le bout de mon tunnel et ce n’est certainement pas celui de la mort. Je suis vivante et je veux continuer à en profiter.

Pouvez-vous lire ce livre sans avoir lu LLDF ? Dans l’absolu, oui. Mais attention, le cadre n’est pas posé de nouveau puisqu’il est censé être acquis, vous manquerez quelques références et la dynamique entre les personnages ne vous sera pas familière. Mais oui, vous pouvez. Ceci étant si vous comptez lire les deux, ne commencez pas par celui-là : 1) vous allez vous spoiler bêtement les deux livres ; 2) celui-ci est plus mature et un peu plus sombre, commencez par celui qui vous emmènera sur les plages illuminées de soleil.

Car je l’ai déjà dit, ce livre est horriblement sombre, morne et terne. Erika prouve à nouveau, bien que ce ne soit plus nécessaire, qu’elle maîtrise à la perfection les romances teintées de sujets lourds et difficiles. À se demander si la romance n’est pas plus un moyen qu’un but. Elle se sert du fil romantique et de ce fond « histoire d’amour » pour faire intervenir tous les fléaux de la société de l’intolérance à la violence en passant par la dépression, les familles détruites et autres sujets peu joyeux.

Dans ses livres plus matures, plus sombres et plus triste (cf. Pardon, Sous le même ciel, Le Chant de l’Océan), Erika n’hésite pas à rentrer dans les sujet, à les approfondir et à les développer jusqu’à ce qu’ils soient mis en relief par la toile de fond romantique. Et j’adore ça ! Je ne peux donc que recommander ce livre (et le précédant évidemment) !

Dans les bras d’un être cher, on trouve le réconfort, l’amour, la force, la compréhension et la compassion. C’est un acte qui adoucit les maux et insuffle l’énergie nécessaire au cœur pour surmonter encore bien des tourments.

Je vais finir comme à l’habitude : si vous connaissez Erika Boyer, foncez, sinon et bien… Lisez Le langage des fleurs puis foncez ! Certes c’est sombre, c’est triste et ça aborde des sujets forts et poignants, mais l’histoire et la plume en valent largement la peine. J’ai adoré revenir à Lacaneau comme j’ai adoré repartir sur des histoires plus douloureuses. Un très grand coup de coeur (comme c’est surprenant ~) que je ne peux que recommander !

L’amour est une chose bien singulière ; personne ne le comprend, bien que tous le ressentent. On meurt pour lui, on survit à sa simple pensée, on écrit des chansons à son sujet, il inspire le moins romantique des hommes : il est magique.
Publicités

2 réflexions sur “Le chant de l’océan – Erika Boyer

  1. Erika Boyer (@eb_auteur) dit :

    Je ne sais plus quoi répondre à tes chroniques tellement elles me touchent chaque fois et tellement j’ai l’impression de ne pas les mériter ;~; Je suis peut-être un peu émotive ce soir mais ça fait un moment que tu me suis, que tu me lis. Depuis, tu es devenue une amie et plus seulement ma plus grande lectrice, et ça me fait quelque chose de penser à tout ça ♡

    Bref, je vais faire court et simplement te remercier du fond du coeur de continuer à me soutenir, à me lire et à rédiger de si belle chronique de mes livres !

    Aimé par 1 personne

    • Vivi dit :

      Je suis toujours contente que mes chroniques te plaisent, elles sont peut-être à la hauteur de tes écrits après tout 💕

      J’aime toujours te lire et j’aime voir ta plume grandir c’est incroyable ce chemin parcouru 💕💕🖤

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s