Le langage des fleurs – Erika Boyer

J’ai tendance à fuir le bonheur, c’est mon gros défaut…

Le langage des fleurs - Erika Boyer

 

TITRE : Le langage des fleurs

AUTEUR : Erika Boyer

ÉDITION : Auto-édité

Prix : 3,99€ (ebook) 14,90€ (broché)

NOTE :  4,75/5

 

[TW & mentionnés, évoqués] : violences domestiques, alcoolisme, relations familiales tendues, accident.

 

RÉSUMÉ :

Rose est dans une relation amoureuse qui ne la satisfait pas mais à laquelle elle ne parvient pas à mettre un terme. Elle supporte le comportement souvent abusif de son petit ami et se concentre sur ce qui a de l’importance pour elle, à savoir, la boutique qu’elle a héritée de son père. Mais le beau Ethan va venir mettre son cœur à l’envers et chambouler le faible équilibre de sa vie.

Rose se laissera-t-elle cueillir par ce bel inconnu tatoué au charme indéniable ? Arrivera-t-elle enfin à se libérer de cette relation sans amour qui la lie à un homme dont elle pense être redevable ?

Une chose est sûre, l’été s’annonce plein de promesses et les mystérieuses livraisons de fleurs dont la jeune femme est gratifiée seront aussi surprenantes que réconfortantes.

 

MON AVIS :

On ne change pas des bonnes habitudes, aussi je commence cette chronique comme toutes les autres : que j’aime lire Erika Boyer !

Contrairement à ses autres romans, je me suis lancée dans la lecture du Langage des Fleurs avec quelques a priori, et un peu d’inquiétude il faut bien l’avouer. Je crois que je craignais de tomber sur une romance « classique » presque clichée, le genre de romance qui se lit sans mal mais ne laisse pas une grande marque dans l’esprit ni dans le cœur du lecteur. J’aurais dû me douter que ce ne serait pas le cas. Je suis heureuse de m’être trompée !

Je ne vais pas vous mentir, ce n’est pas un coup de cœur. Et s’il n’est pas celui que j’ai « le moins aimé » il est le livre qui m’a le moins marqué. Il ne m’a pas percutée de plein fouet comme l’ont fait Pardon et Sous le même ciel ; il ne m’a pas non plus présenté des personnages qui me parlent vraiment comme j’en ai trouvé dans Hyacinthe. J’ai aimé ce livre, j’ai aimé cette histoire, j’ai aimé rire, sourire, et souffrir parfois. J’ai aimé sentir mon cœur s’emballer à mesure que l’histoire évoluait. J’ai aimé m’inquiéter pour Rose, pour Stecy, pour Ethan et Lucas. J’ai adoré ça, comme j’ai adoré ma lecture. Mais. Mais. Mais je préfère les histoires sombres, Erika tu le sais bien. Je préfère la souffrance brute.

Le Langage des Fleurs, c’est une romance plus légère, plus lumineuse, plus sympa à lire. Certes, elle a aussi ses zones d’ombre, mais il ne faut ni une boîte de mouchoir, ni 3 semaines de préparation psychologique pour la lire. C’est une histoire simple, belle et touchante entre des personnages qui trainent bon nombre de casseroles et qui portent leurs souffrances gravées dans la peau. C’est soft, ça donne du baume au cœur, et ça nous fait presque regretter l’été.

Mais fini les longs discours, assez parlé de moi, voyageons un peu !

Elle semble s’embellir au fil des heures. Dur constat.

Pour cette histoire, direction Lacanau et ses belles plages. Retrouvons à nouveau la côte Atlantique pour partager l’histoire de deux êtres (peut-être plus) ?

Bienvenue. À peine arrivé, Rose nous accueille avec son doux sourire et son caractère bien trempé. Elle nous fait entrer dans son petit monde, son univers qui se compose de sa boutique, son cousin et son copain. Rose nous parle, elle nous explique que cela est suffisant, qu’elle est heureuse sur tous les pans de sa vie. Qui essaie-t-elle de convaincre ? Nous ? Elle ? Rose s’épanouit à demi, comme une fleur qui aurait l’eau à portée de racine, mais à qui il manquerait le soleil. Car Rose vie dans un constant orage qui abîme ses magnifiques pétales.

Ethan est différent. Ethan est lumineux, resplendissant, incroyablement attirant. Ethan cache ses démons sous un sourire éclatant. Il profite de la vie, tout simplement, sans attache et sans ambition autre qu’être heureux, essayer.

Il y a plus d’histoires qu’il n’y parait dans ce livre. Comme dans chacun de ses livres, Erika nous présente des personnes abîmés, certaines plus que d’autres, et un enchevêtrement de destins, car notre vie est aussi un moment dans celle d’un autre. Il y a les histoires explicitées, racontées, dépeintes devant nos yeux avides de détails ; ces histoires qui se déroulent au fil des pages, parfois narrées comme des souvenirs. Puis il y a les autres, celles qui ne sont jamais que sous-entendues, vaguement mentionnées ; celles qui n’existent que par un détail, un mot, une ombre dans un coin. Celles qu’on découvrira, peut-être, ailleurs, au creux d’autres pages.

Je réalise que je ne suis pas heureuse dans mon couple et je m’attriste de me savoir  incapable de changer quoi que ce soit.

Erika a l’habitude d’aborder des thèmes important, et il semble que le pardon en soit un. On est rarement responsable des erreurs de nos proches. C’est une philosophie qui revient beaucoup dans LLDF, et je l’ai trouvé très intéressante. Et si j’épilogue sur des choses futiles depuis tout à l’heure, c’est pour retarder le moment où mon cœur reprendra le dessus sur mon cerveau fatigué.

Mais ce moment est inévitable, et je vais donc vous parler, car je suis incapable de chroniquer ce livre sans m’y attarder, de la relation de Rose et son copain. Je l’ai déjà mentionné, Rose évolue dans un constant orage, prisonnière d’une relation toxique dans laquelle elle ne peut plus s’épanouir. Comment ne pas spoiler (préfèrerez-vous divulgacher ?), comment en dire assez sans en dire trop, comment vous dire que la violence, les insultes et la manipulation n’ont rien à faire dans un couple ?

Comment exprimer ma révolte, et ma peine. Comment vous dire que j’ai pensé à toutes celles. Celles qui chaque année ne deviennent qu’un énième chiffre venu grossir le nombre de celles dont on ignore le nom ou le visage. Un nombre d’elles-autres tombées sous les coups qui jamais ne se relèveront.

Ne te laisse jamais plus violenter, choisis le respect à cette illusoire facilité qu’est l’acte de supporter.

Le Langage des Fleurs est une romance légère, et je m’en veux de vous avoir fait peur avec la partie précédente. Mais n’ayez crainte, si le sujet est évoqué, effleuré et entraperçu, bien qu’il soit un des thèmes fort du livre, Erika a réservé ses côtés sombres, tristes et violent pour le spin-off ~

Aussi, c’est pour sa douceur, sa légèreté et son humour que je recommande ce roman. Parce qu’Erika maitrise toujours autant l’art de raconter l’amour. Parce qu’une romance un peu facile, un peu clichée (mais pas trop), un peu drôle ça fait du bien de temps en temps. Et parce que c’est toujours agréable de sentir le soleil d’été réchauffer notre peau à travers les pages.

Tant qu’un mot n’est pas prononcé, il n’appartient qu’à nous, mais une fois dit, il est aussi à celui qui l’a entendu. J’ai entendu son amour.
Publicités

2 réflexions sur “Le langage des fleurs – Erika Boyer

  1. Erika Boyer (@eb_auteur) dit :

    J’aime toujours autant lire tes chroniques, c’est un vrai plaisir ♡ Je trouve celle-ci tout aussi bien que les autres, tu n’as pas à te faire de soucis (pour répondre à ton post sur Facebook) ! J’adore avoir ton avis détaillé et voir les passages qui t’ont marquée grâce aux citations que tu relèves. Et puis je m’inquiétais (moi aussi) beaucoup que tu n’aimes pas du tout ce roman parce que ce n’est pas forcément celui que je t’aurais conseillé, alors je suis rassurée que même s’il est loin d’être ton préféré, tu ne l’as pas détesté ha ha !

    Merci beaucoup de m’avoir lue une fois de plus et d’avoir rédigé ce bel article. Maintenant, j’ai hâte d’avoir ta chronique de ‘Le chant de l’océan’ **

    Aimé par 1 personne

    • Vivi dit :

      Uhuh je ne l’ai pas détesté je l’ai même beaucoup aimé, mais différemment 😊😊

      Heureuse que ma chronique te plaise un peu, je ne l’aime pas beaucoup 😅😅

      Uhuh je suis en train de l’écrire c’est du n’importe quoi 😂😂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s