$ Une touche de mal – Claire Lebreton

Je ne suis pas un homme. J’aurais pu le dire ainsi, en réalité. Parce qu’il ne reste rien de l’homme que j’ai un jour été. Ni sentiments, ni conscience, ni humanité.

Une touche de mal - Claire Lebreton

 

TITRE : Cinquième étage

AUTEUR : Claire Lebreton

ÉDITION : Auto édition

Prix : 1,50€ (Kindle) ou 13,50€ (physique)

NOTE : 18/20

 

 

RÉSUMÉ :

La vie est faite de hauts et de bas. Celle de Selene est actuellement faite de beaucoup de bas. Elle vient de perdre son père et doit maintenant réapprendre à vivre avec une mère catatonique depuis cette terrible tragédie. Un nouveau départ dans une nouvelle ville l’aidera peut-être à avancer mais il lui reste énormément de chemin à parcourir pour se sentir vivre à nouveau ; sans même la garantie de retrouver une vie normale. Heureusement, cette jeune fille qui a tout perdu sera accueillie à bras ouverts par les Flavius. Mais qui sont-ils réellement ? Selene saura-t-elle percer le mystère qui les entoure ? Le voudra-t-elle seulement, au risque de les perdre ?

 

 

 

MON AVIS :

Je remercie l’auteure pour sa confiance. Il s’agit du deuxième roman né de sa plume que je lis (et du deuxième SP également) et j’avoue aimer toujours autant.

Claire Lebreton fait parti de ces auteurs qui ont le don de nous emporter dans leur univers en quelques mots seulement. Ce roman-ci est bien plus sombre que Tout ce qui compte, dans un autre style aussi. Toujours centré sur l’adolescence, abordant beaucoup de thèmes comme le manque de confiance en soi, ou les responsabilité qui symbolisent le passage à l’âge adulte, c’est à travers l’histoire de Selene et sur un fond de fantastique qu’on la retrouve ici.

Malgré tous les préparatifs que j’avais faits, j’avais oublié quelque chose. J’avais laissé mon cœur derrière moi.

 Selene, personnage principal de notre histoire, jeune fille à qui rien de sourit et qui a vu sa vie partir en fumée en quelques minutes à peine. Portant sur ses épaules le poids de responsabilités qui ne devraient pas incomber à une jeune fille de 17 ans (si je ne me trompe pas), elle doit se montrer forte pour celles qui dépendent d’elle : sa mère, Joy, et son chaton, Edwina. Pourtant Selene est détruite, profondément, c’est la peinture qui tient les murs de son âme. Le moindre souffle peut la faire s’effondrer, mais elle résiste tant bien que mal, craquant çà et là quand personne ne peut en pâtir. Certains trouveraient cela exagérer « tant de souffrances en si peu de temps et pour une seule personne », « tant de contradiction entre son mental qui se veut fort et la réalité qui la présente faible ». Sachez que j’ai trouvé Selene plus que réaliste dans la plupart de ses réactions, dans ses craquages, dans ses effondrements, dans ses tentatives vaines de se convaincre qu’elle est forte. J’ai beaucoup aimé Selene.

Elle me faisait penser à la neige. Si douce et pure, et pourtant souillée par ceux qui s’amusent à la piétiner.

Et en règle général, j’ai beaucoup aimé tous les personnages de ce livre qui sont plus ou moins construits, plus ou moins profonds, mais qui ont tous une histoire, un but, un rôle à jouer. Et même si le mystère plane longtemps, même si parfois les réponses n’arrivent jamais, ce flou n’est pas problématique, pas même frustrant puisqu’il nous laisse juste la possibilité de nous creuser les méninges un peu plus. C’est très bien écrit, très bien mené, et on ne lâche pas la bombe comme l’on parlerait de la pluie et du beau temps. C’est agréable.

Malgré tout, ce livre appelle à une suite qui arrivera étant donné qu’il s’agit d’une quadrilogie (dixit l’auteure), et la manière un peu abrupte dont il finit est aussi dérangeant que plaisant. À nouveau, l’auteure sait jouer avec la patience de ses lecteurs et sa plume douce et délicate atténue le sentiment de coupure nette, autrement dit, le cliffhanger est gérable.

J’aurais voulu pouvoir chasser toutes ses peurs et ses douleurs, les absorber et les faire miennes.

Je recommande cette lecture qui est très agréable, avec des personnages construits et attachants à qui il arrive 1001 misères, à toutes celles et ceux qui aiment le young-adult fantastique. C’est très bien écrit, et, d’une certaine façon, plus réaliste que ce à quoi l’on s’attend dans ce genre de livre, vraiment une très bonne lecture.

Quand rien ne vous atteint, vous êtes intouchable, donc invincible. Rien ne peut vous changer si rien ne compte.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s